Tendinites et autres troubles musculo-squelettiques

image_202_20TMS  Quel est le point commun entre lombalgie, syndrome du canal carpien, tendinite de l'épaule et du coude ? Tous s'attrapent au travail et handicapent. Autrement dit, ce sont des maladies professionnelles qui représentent la première cause d'arrêt maladie. Elles sont regroupées sous la dénomination de troubles musculo-squelettiques.

Les chiffres des troubles musculo-squelettiques (TMS)

Les TMS sont responsables de 8,4 millions de journées de travail perdues chaque année, soit une dépense de 847 millions d'euros.

Les TMS représentent 95% des maladies professionnelles des salariés agricoles et 81% de celles des actifs du régime général.

Depuis 1995, le nombre de nouveaux cas indemnisés s'accroît de 13% chaque année.

Afin d'inverser cette tendance, les pouvoirs publics ont lancé une campagne d'information et ouvert un site internet :
www.travailler-mieux.gouv.fr.

Les TMS : c'est quoi exactement ?

Les lombalgies et le syndrome du canal carpien sont les plus fréquents des TMS, suivis par les tendinites. Les TMS touchent les tissus mous à la périphérie des articulations (muscles, tendons, nerfs) et résultent d'une sursollicitation fonctionnelle dans un contexte de travail. Le poignet, le dos, les coudes, les épaules, le genou, sont autant d'articulations qui peuvent être affectées. Ces articulations deviennent douloureuses, avec une gêne professionnelle, voire un sérieux handicap, à l'origine d'une perte d'efficacité au travail (remplacement, perte de qualité et de productivité, perturbations dans l'organisation du travail) ou d'un important absentéisme.

Comment lutter contre les TMS ?

Les TMS résultent de facteurs de risques biomécaniques (gestes répétitifs, vibrations, efforts excessifs, mauvaises postures...), organisationnels, environnementaux (tâche professionnelle, relations interpersonnelles...) et psychosociaux (insatisfaction professionnelle, stress, insécurité...).

La
prévention et la prise en charge des TMS reposent donc sur l'élimination des facteurs de risque, lesquels sont très variables et souvent imbriqués. Il est donc nécessaire de les repérer afin de modifier efficacement les conditions et l'organisation de travail.

L'organisation du travail doit être revue et des mesures préventives peuvent être mises en place.

Un
poste de travail à modifier n'implique pas forcément un engagement financier conséquent. Parfois, il suffit de changer la hauteur d'un plan de travail pour faire disparaître les tensions et les TMS

Pour en savoir plus

www.travailler-mieux.gouv.fr

Partenaire média

Ecoutez la chronique sur la tendinite de Public Santé

La tendinite

* Source : http://www.e-sante.fr/