La dépression liée à

L'hyperactivité cérébrale

Anxiété, déficit de l'attention et de la concentration, troubles de la mémoire et du sommeil, la dépression clinique apporte avec elle un certain nombre de symptômes, dont certains pourraient être liés à l’hyperactivité cérébrale. C’est ce que suggèrent aujourd’hui ces chercheurs de l’UCLA, qui montrent, dans l’édition en ligne du 26 février de la revue PLoS ONE, que le cerveau « déprimé » est hyperconnecté, il maintient sa capacité à former des connexions fonctionnelles, mais perd sa capacité de désactiver ces connexions.

Ces scientifiques de l’Université de Californie (Los Angeles) expliquent que les multiples symptômes de la dépression peuvent être liés à un dysfonctionnement du cerveau impliquant des connexions qui relient différentes régions du cerveau, alors que, traditionnellement, les scientifiques ont lié ces symptômes à des zones spécifiques du cerveau. Ils démontrent que les personnes atteintes de dépression ont augmenté ces connexions entre les différentes régions du cerveau.

Leurs cerveaux sont hyperconnectés : "Le cerveau doit être en mesure de réguler ses connexions pour fonctionner correctement», explique l’auteur principal de l'étude, le Dr Andrew Leuchter, professeur de psychiatrie à l’UCLA. "Le cerveau doit d'abord être en mesure de synchroniser puis de désynchroniser les différents zones cérébrales pour réagir, contrôler l’humeur, apprendre ou résoudre des problèmes ». Le cerveau déprimé maintient sa capacité à former des connexions fonctionnelles, mais perd sa capacité de désactiver ces connexions.

Cette incapacité à contrôler la façon dont les zones du cerveau collaborent ensemble explique certains des symptômes de la dépression. Dans cette large étude, les chercheurs ont étudié les liens fonctionnels du cerveau sur 121 patients atteints de trouble dépressif majeur, ont vérifié la synchronisation des signaux électriques du cerveau et étudié les connexions entre les différentes régions du cerveau. Ils constatent que les sujets déprimés montrent une synchronisation accrue sur toutes les fréquences de l'activité électrique, indiquant un dysfonctionnement dans de nombreuses connexions cérébrales. Or les ondes cérébrales régulent la libération de sérotonine et d'autres substances chimiques qui contribuent à l’ensemble des fonctions évoquées, dont le contrôle de l’humeur.

Le cortex préfrontal, déjà impliqué dans la dépression : « La zone du cerveau qui montre le nombre le plus élevé de connexions anormales est le cortex préfrontal, qui est fortement impliqué dans la régulation de l'humeur et la résolution des problèmes. « Lorsque les systèmes du cerveau perdent leur flexibilité dans le contrôle des connexions, ils ne sont plus capables de s'adapter au changement », ajoute-t-il.

La question est dans quelle mesure cette hyperconnectivité pilote la chimie anormale du cerveau, observée dans la dépression? Alors que les antidépresseurs modifient ces ondes cérébrales en même temps que certaines substances chimiques du cerveau, comme la sérotonine, « justement, normaliser la connectivité cérébrale peut-être une étape clé dans le rétablissement de la dépression », conclut le chercheur.



----------------------

Source : PLoS ONE published 24 Feb 2012 10.1371/journal.pone.0032508 Resting-State Quantitative Electroencephalography Reveals Increased Neurophysiologic Connectivity in Depression (Visuels National institute of Mental Health- vignette Brain connexion) 

ligne_35605-45d8f9ligne_35605-45d8f9