Plusieurs maladies mentales

 

 

Affectent l'espérance de vie

Plusieurs maladies mentales affectent l'espérance de vie, selon une étude britannique publiée dans la revue World Psychiatry.

Seena Fazel du département de psychiatrie de l'Université d'Oxford et ses collègues ont analysé les revues systématiques des études cliniques rapportant le risque de mortalité pour plusieurs diagnostics de santé mentale. Ils ont identifié 20 analyses impliquant plus de 1.7 million de personnes présentant des problèmes de santé mentale, un abus de substances et d'alcool, une démence, des troubles du spectre autistique, des troubles d'apprentissage et des troubles du comportement chez les enfants.

La réduction moyenne de l'espérance de vie se situait entre 9 et 20 ans chez les personnes atteintes de trouble bipolaire, entre 10 à 20 ans chez celles atteintes de schizophrénie, entre 9 et 24 ans chez celles abusant de drogues et d'alcool et entre 7 à 11 ans chez celles souffrant de dépressionrécurrente.

Comparativement, la perte d'années de vie chez les gros fumeurs est en moyenne de 8 à 10 ans.

"Il y a probablement de nombreuses raisons à cela", note le chercheur. "Les comportements à haut risque sont fréquents chez les personnes atteintes de troubles psychiatriques, particulièrement chez celles qui abusent de drogues et d'alcool, et elles sont plus susceptibles de mourir par suicide. La stigmatisation qui entoure la santé mentale peut signifier que les gens ne sont pas aussi bien traités pour des problèmes de santé physique quand ils font voir un médecin."

"Un problème est la tendance à séparer la maladie mentale et physique", dit-il. "Plusieurs causes de problèmes de santé mentale ont aussi des conséquences physiques, et la maladie mentale aggrave le pronostic de plusieurs maladies physiques, en particulier les maladies cardiaques, le diabète et le cancer. Malheureusement, les personnes atteintes de maladies mentales graves ne peuvent pas accéder efficacement aux soins de santé", ajoute-t-il.

Une priorité beaucoup plus grande devrait être accordée à la santé mentale, plaident le chercheur et l'organisme Wellcome Trust qui a financé l'étude.

 

 

 

Psychomédia avec source: University of Oxford.