Pourquoi les bouffées
 
De chaleur sont vraiment
 
« Dans la tête »

Hypothalamus

Certes les bouffées de chaleur ne sont pas seulement « dans la tête », mais c’est bien là qu’elles pourraient « commencer ». Cette recherche de l’Université de l’Arizona identifie en effet une région du cerveau capable de déclencher ces bouffées de chaleur chez la plupart des femmes dans les premières années de la ménopause. L’l'hypothalamus (en rouge sur le schéma ci-contre) serait la passerelle entre le cerveau et le système hormonal et la zone où un certain type de neurones (KNDy) déclencherait les bouffées de chaleur. Explications dans l'édition du 27 novembre des Actes de l’Académie des Sciences américaine (PNAS).

Le Dr Naomi Rance a travaillé sur la neuroanatomie des neurones KNDy et découvert comment ils participent aux fonctions importantes de la vie telles que la reproduction et la régulation de la température corporelle, alors que les bouffées de chaleur, qui affectent des millions de personnes, et pas seulement les femmes, restaient inexpliquées. Son équipe de l’Université de l’Arizona

a identifié un groupe de cellules du cerveau connues sous le nom neurones KNDy, situé dans l'hypothalamus, une partie du cerveau qui contrôle les fonctions vitales et qui sert aussi de « standard » entre le système nerveux central (SNC) et les signaux hormonaux.

Ces neurones KNDy sont une très petite population de cellules mais jouent un rôle très important dans la façon dont le corps gère ses ressources énergétiques, de la reproduction à la température corporelle.  En étudiant les neurones KNDy chez le rat, l'équipe de recherche a créé un modèle animal de la ménopause pour comprendre les mécanismes biologiques de la régulation de température en réponse au retrait de l’œstrogène, principal facteur déclencheur des symptômes de la ménopause.

 Les auteurs constatent que la température cutanée de la queue est toujours plus faible chez les rats dont les neurones KNDy ont été inactivés, suggérant que les neurones contrôlent le processus de vasodilatation, qui permet d’augmenter le flux sanguin dans la peau. Or la vasodilatation est à l’origine des bouffées de chaleur : Il s'agit d'une tentative du corps de se débarrasser de la chaleur, tout comme la transpiration. Si ces résultats ne sont pas encore directement et cliniquement exploitables pour soulager les bouffées de chaleur, ils apportent une première explication.

 

 

 

------------------------

Source: PNAS DOI: 10.1073/pnas.1211517109 Role for kisspeptin/neurokinin B/dynorphin (KNDy) neurons in cutaneous vasodilatation and the estrogen modulation of body temperature (Visuel@ Life Science Databases (LSDB), Japan, Creative commons Licence) http://www.santelog.com/