THÉRAPIE La technique Bowen

Cette thérapie douce peut aider les fibromyalgiques et ceux qui ont des problèmes d'articulations, notamment la capsulite.

Présentation

Dans la famille toujours grandissante des thérapies manuelles douces, la technique Bowen est l'une des plus récentes et sûrement l'une des plus « délicates ». Il s’agit d’un traitement « de surface » ne comportant qu’un nombre limité de petites manipulations simples, mais très précises. Comme la plupart des approches corporelles, celle-ci vise à redonner au corps son équilibre perdu, à combattre les douleurs et à stimuler les mécanismes d’autoguérison par l’intermédiaire des muscles, des tendons, des nerfs et des fascias.

La manipulation la plus communément utilisée consiste à placer les deux pouces sur un point précis, à exercer une pression perpendiculaire aux fibres, puis à relâcher cette pression d'un coup sec - ce qu'on compare au pincement d'une corde de guitare. Selon le résultat escompté, les mouvements se font à différents endroits, souvent près des points d'attache des muscles, et toujours par paires symétriques (d'un côté du corps puis de l'autre). Mentionnons que, même en français, on désigne généralement les manipulations spécifiques de la technique Bowen par le terme anglais move.

Selon la théorie, la manipulation des tissus en des points particuliers (correspondant parfois aux points d’acupuncture) instaure une harmonisation profonde à l’intérieur du corps. Les praticiens comparent volontiers leur action à celle d’un musicien qui, en pinçant une corde de guitare exactement au bon endroit et avec la force appropriée, produit une vibration qui se décuple et se répercute à travers tout l’instrument.
Un autodidacte

Le créateur de l’approche, l'Australien Thomas Bowen (1916-1982), n'a jamais reçu de formation spécialisée, ayant quitté l'école à 15 ans. Mais, parallèlement à son travail d'ouvrier, il s'adonnait avec enthousiasme à différentes pratiques sportives, et il aurait appris et expérimenté diverses manipulations thérapeutiques auprès de ses entraîneurs. Plusieurs personnes affirment aujourd'hui qu'il était un véritable guérisseur naturel (healer). Lui-même disait que ses découvertes sur la façon de manipuler les tissus et sur les endroits où le faire découlaient d'un « don de Dieu ». C'est sur ces bases qu'il commença à traiter les gens de son entourage.

À compter du début des années 1950, devant la demande de patients de plus en plus nombreux, Tom Bowen décide de se consacrer à temps plein à sa pratique. Il utilise d'abord le titre d'ostéopathe, étant d'avis que c'était à peu près ce qu'il faisait; plus tard, quand l’appellation d’ostéopathe devient réservée, il se nomme « thérapeute manuel ». Même s'il n'a jamais eu recours à la publicité, à une certaine époque il soignait en moyenne 14 personnes à l'heure, ce qui lui permettait de voir plus de 13 000 patients par année!

En 1974, il invite deux personnes, Oswald Rentsch et sa femme Elaine, à devenir ses élèves et à codifier son travail. Comme il l'avait souhaité, les Rentsch ne commencent à enseigner sa méthode qu'après son décès, d'abord en Australie, puis en Amérique du Nord et en Europe. The Bowen Therapy Academy of Australia, l'organisme officiel d'enseignement et de certification, est mis sur pied en 1987. On trouve aujourd’hui des praticiens dans plus de 30 pays.
D'abord ramener l'équilibre

Parce qu'elle découle surtout d'intuitions, il est difficile de définir les bases théoriques de la technique Bowen, d'autant plus que les données recueillies par les Rentsch sont purement techniques. On sait quand même que Bowen croyait à des principes qui circulaient déjà dans l'univers des thérapies corporelles, comme ceux qui forment la base de l'ostéopathie :

* le corps possède un mécanisme d'autoguérison qui requiert parfois d'être stimulé;
* la structure gouverne la fonction, ce qui veut dire qu'une perturbation dans cette structure dérangera son fonctionnement et celui de l'organisme entier.

Il croyait aussi à une forme d'« énergie vitale » (comme le Qi de la Médecine traditionnelle chinoise) qui doit circuler librement dans le corps. Aujourd'hui, on dit que la méthode agit en rééquilibrant le système nerveux autonome afin d'aider à maintenir l'homéostasie corporelle.

Les praticiens précisent qu'il ne faut pas confondre cette technique avec d'autres dans lesquelles on voit certaines similitudes, comme le massage, le relâchement myofascial ou l'acupression et le Jin Shin Do. Mentionnons finalement qu'on a même adapté la technique pour les animaux (Animal Bowen Touch Balancing®), une sorte de soin qui permettrait de traiter certains problèmes courants en plus de favoriser un mieux-être général.
Applications thérapeutiques

Dans le site officiel1, on affirme que la technique Bowen « ne cherche pas à traiter des conditions spécifiques, mais plutôt à stimuler l'organisme pour qu'il mette en place ses propres mécanismes de rétablissement ». On mentionne aussi qu'elle serait efficace pour les applications suivantes :

* Accélérer le temps de rétablissement à la suite d'une maladie, d'une opération ou d'une blessure.
* Soulager un ensemble de douleurs musculosquelettiques, y compris celles causées par la fibromyalgie.
* Améliorer la situation dans les cas de problèmes courants des systèmes digestif (constipation, diarrhée, etc.), respiratoire (congestion des sinus, rhume des foins, etc.) et reproducteur (douleurs menstruelles, infertilité, etc.).
* Aider les enfants qui mouillent leur lit la nuit (énurésie).

Les résultats d’une seule étude ont été publiés dans une revue scientifique. Il s'agit d'une étude pilote portant sur 20 personnes souffrant de capsulite rétractile (épaule gelée)2. Les auteurs de cette étude descriptive d’une série de cas ont observé qu’à la suite de cinq séances de technique Bowen, 70 % des participants présentaient un rétablissement complet de la mobilité de leur épaule et 80 % ne ressentaient que peu ou pas de douleur. Les auteurs mentionnent toutefois qu’étant donné le modèle d’étude utilisé, le petit nombre de sujets et l’absence d’un groupe témoin, ces résultats ne permettent pas de généraliser et de prouver l’efficacité de cette approche. Cela donne néanmoins des bases pour la réalisation de futures études bien contrôlées.

Section Applications thérapeutiques

Recherche et rédaction : Geneviève Asselin, MSc, MBA, Chaire Lucie et André Chagnon pour l'avancement d'une approche intégrée en prévention, Université Laval
Révision scientifique : Claudine Blanchet, Ph. D., Chaire Lucie et André Chagnon pour l'avancement d'une approche intégrée en prévention, Université Laval. (novembre 2006)
En pratique

Le patient s'étend sur une table de massage et peut garder des vêtements légers. Le praticien fait ses moves par séries et s'éloigne de la table entre chaque série, pendant au moins deux minutes et parfois plus, afin de laisser le système nerveux s'adapter à la nouvelle information - d'où la possibilité de traiter plus d'une personne à la fois. Les séances durent moins d’une heure et le traitement complet pour un problème léger dépasse rarement trois séances.

Habituellement, dans un premier temps, le praticien applique certains moves de base qui permettent au corps d’amorcer un processus général d’ajustement. Dans un deuxième temps, il choisit ceux qui correspondront plus spécifiquement aux besoins du patient.

La réaction des tissus aux moves varie d'un patient à l'autre et d'une séance à l'autre (chaleur, picotement, inconfort ou très légère douleur). Il arrive que les patients ressentent une profonde détente; d'autres déclarent vivre aussi une certaine libération émotionnelle.

On dit que les processus mis en oeuvre par le traitement persistent pendant quelques jours après la séance, ce qui demande aux patients d'observer certaines précautions pendant ce temps, comme ne pas se soumettre à aucune autre technique corporelle (qui transmettrait un message différent au cerveau).

Il existe un registre national des praticiens en France, au Canada et dans plusieurs autres pays, bien que l'adhésion ne soit pas obligatoire (voir le site officiel1).
Formation

L'apprentissage de la technique, telle qu’enseignée par l’Académie Bowen dans plusieurs pays du monde, exige une formation de 14 jours répartis en sept modules de deux jours. La formation doit s’étaler sur au moins six mois, et pour acquérir la dextérité nécessaire à la certification, les élèves doivent aussi accumuler un grand nombre d'heures de pratique. Après cette formation de base, les praticiens doivent s'inscrire à des séminaires de perfectionnement bisannuels pour conserver leur droit de pratique.

Pour être reconnus par l'organisme accréditeur, qui opère sous le nom Bowtech1, les étudiants doivent aussi avoir complété un cours reconnu d’anatomie et de physiologie, et posséder une formation en secourisme et en réanimation cardiorespiratoire. Les préalables peuvent varier selon les exigences de la législation en vigueur dans un pays donné. Les élèves se recrutent surtout chez les massothérapeutes, les naturopathes, les ostéopathes et les kinésithérapeutes, qui apprécient cette technique « minimaliste », ainsi que chez d’autres types d'intervenants en santé.
Livres, etc.

Baker Julian. The Bowen Technique, Corpus Publishing, Grande-Bretagne, 2002.
Une présentation détaillée de la technique, avec de nombreuses photos.
Sites d’intérêt

Bowtech.com - The Original Bowen Technique
Le site de référence, géré par l'organisme de certification. On y trouve beaucoup d'information (une partie en français), dont la liste de tous les pratiquants accrédités, qu'ils soient d'Autriche, du Québec ou de Singapour.
www.bowtech.com

La Technique Bowen
Site international francophone de la Technique Bowen. Presque aussi complet que le site anglophone.
www.techniquebowen.com

Recherche et rédaction : Lucie Dumoulin et Léon René de Cotret
Fiche mise à jour le : 30 novembre 2006
Références

Note : les liens hypertextes menant vers d'autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu'un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l'information désirée.

Bibliographie

Bowtech.com. [Consulté le 8 novembre 2006]. www.bowtech.com
Gilbert Marthe, thérapeute Bowen. Entrevue réalisée le 5 novembre 2003.
Site international francophone de la technique Bowen. [Consulté le 8 novembre 2006]. www.techniquebowen.com
Novey Donald W. (Dir). Clinician's Complete Reference to Complementary & Alternative Medicine, Mosby, États-Unis, 2000.

Notes

1. Bowtech.com. [Consulté le 8 novembre 2006]. www.bowtech.com
2. Carter B. A pilot study to evaluate the effectiveness of Bowen technique in the management of clients with frozen shoulder.Complement Ther Med. 2001 Dec;9(4):208-15.

Source